mardi 17 avril 2012

Jean Charest, Le Parrain fraudeur

Que ça ne sent pas bon dans la politique québécoise. Déjà que la politique canadienne (surtout celle des Conservateurs) sent la couche pleine de diarrhée, la politique québécoise ajoute un soupçon de pisse et de vomis par-dessus le tas. On parle de corruption, détournement de fonds,et d'influence entre autre.

On peut parler de la Commission Charbonneau, la commission d’enquête sur la construction, dont le gouvernement québécois de Jean Charest ne voulait pas. Durant des mois et des mois, l’opposition et la population réclamaient une commission d’enquête, mais les Libéraux faisaient la sourde oreille, répétant que c’était mieux de laisser la police faire son enquête. C’est assez ironique que c’est justement le gouvernement qui décide des budgets de la Sureté du Québec (SQ). Donc la police avait à enquêter sur ceux qui leur donnent un budget. Logique! Et pourquoi une commission sur la construction? Parce que des entreprises ont versés des dons, utiliser des prête-noms pour verser des fonds aux partis politiques, en retour de certains contrats. En fait rien n’est prouvé, mais y a trop de soupçons pour passer l’éponge. 


Disons que la pression se faisait de plus en plus forte, les Libéraux devaient commencer à sentir la soupe chaude. Ils ont donc annoncé au départ, une parodie de commission d’enquête, sans réels pouvoirs, bref, une petite mascarade pour calmer l’opinion. Mais Charest devait savoir depuis le temps que les Québécois ont beaux être pas mal caves en général, mais ils ne sont pas dupes par contre. Ils sont habitués de se faire fourrer par les différents paliers de gouvernement. Ils voient venir les magouilleurs. Ils n’ont pas trop appréciés cette feinte démocratique. Charest a ensuite ouvert la porte en disant que celle qui allait présider la Commission, la juge France Charbonneau, pourrait y aller de ses demandes. Et surprise, quelques jours plus tard, la juge demandait que se soit une vraie commission d’enquête, exactement comme la célèbre commission Gomery. Charest a acquiescé aux demandes. Il a rendu les armes. Victoire!

Par contre la Commission mettra des mois avant de se mettre en branle, et il faudra compter sans doute deux ans pour voir les rapports sortir. Donc il y aura des élections provinciales bien avant qu’on en sache plus long. Bien joué de leur part ces sacrés Libéraux. Et la Commission a des ratés déjà bien avant son lancement. Côté informatique, le site a été attaqué, la GRC refusera d’y participer, la juge a été victime de vol à son domicile (slash intimidation). Mais on verra ce qui arrivera.


Durant les derniers jours, on a appris que l’ex-ministre des Affaires municipales, Nathalie Normandeau, a reçu des cadeaux de la firme de génie Roche. Elle a reçu des billets pour les spectacles de Madonna et Céline Dion à Montréal. Et le hasard a fait que la firme Roche a reçu une subvention de 11 millions pour un projet à Boisbriand. Le hasard fait tellement bien les choses parfois. Des histoires comme celle-là, y en a assurément d’autres, y a des firmes d’ingénieurs et de construction qui sont beaucoup trop près du pouvoir. 

Et du même coup, la police poursuit son enquête. L’homme d’affaire et propriétaire de diverses entreprises de construction, Tony Accurso a été arrêté mardi le 17 avril. Il y a longtemps qu’on le soupçonne d’être mêlé à du financement illégal en politique, et d’être près de la mafia montréalaise. Le maire de Mascouche, Richard Marcotte et un autre homme d’affaire ont aussi été arrêté. Depuis longtemps, des allégations pèsent contre ces deux derniers, entre autre un contrat pour déneiger des bornes d’incendies à 650$ chacune, alors qu’ailleurs c’est entre 45$ et 85$ de l’heure. Un entrepreneur a même fait en retour d’un contrat municipal, des travaux, gratuitement, à la résidence personnelle du maire de Mascouche.  Et certains entrepreneurs ont déjà affirmé que pour travailler à Mascouche, il fallait contribuer à la caisse du parti politique municipal du maire. 

Vraiment, le ménage commence à se faire, mais trop lentement, et selon moi, nous n’avons encore rien vu. Trop de politiciens ont utilisé leur statut et pouvoir pour se graisser la patte. Vraiment, le coup de balais va se donner, mais c’est d’un incendie de nettoyage qu’on a besoin!




1 commentaire:

  1. N'ai JAMAIS eu Confiance au PARTI LIBERAL,de toute ma Vie,rien qu'à voir leur
    Face, j'en ai des haut le Coeur,pour une fois que Nous avons une Femme qui se
    presente comme premiere Ministre,je lui Souhaite toute les Chances au Monde de
    GAGNER,Merci Madame MAROIS.

    RépondreSupprimer